Tout a changé, rien n'est plus comme dans cette légende absurde
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La solitude est pesante [PV Thélenndra]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La solitude est pesante [PV Thélenndra]   Mer 11 Aoû - 15:46

L’ennui…Quelque chose que toute personne déteste et La volonté d’Abyss n’y faisait pas exception. Cheshire était partie dans sa dimension et elle était seule avec ses poupées qui chuchotaient des paroles en boucle en fonction de ce que disait La Volonté d’Abyss. Celle-ci entra dans sa chambre en ordonnant à ses poupées de se taire gentiment. Elle dansa et l’horloge tourna à toute vitesse pour s’arrêter. La Volonté d’Abyss fit un grand sourire enfantin et prépara sa cuisine en porcelaine. Il était l’heure du thé!

Ses poupées vola autour d’elle en rigolant et en disant « il va venir, il va venir, Jack va venir », La Volonté d’Abyss souri et rigola en disant qu’il viendrait, mais les paroles de Vincent lui revinrent en mémoire…
**flash back**

Cheshire frappa Vincent qui atterrit dans un meuble et des poupées tomba. Il cria tristement qu’il n’avait rien fait de mal et Vincent rigola. La Volonté d’Abyss se figea et l’horloge tourna annonçant l’heure du thé, elle prépara son attiraille de porcelaine et dit à ses poupées que Jack viendrait, qu’elle en était sur, ses paroles fit rire Vincent qui lui dit qu’il ne viendrait jamais, que Jack allait mourir par sa faute!

**fin flash back**

La tasse qu’elle tenait tomba sur la table renversant le liquide couleur rouge sur la nappe crème de la table. Les poupées se turent et essayèrent de réconforter La Volonté d’Abyss, mais celle-ci tomba à genoux en larme.

« Ce n’est pas ma faute! Je ne l’ai pas tué, il viendra, je le sais! »

Elle disait ça la voix enrouer à cause des larmes. Elle ressemblait à une petite fille sans défense. Son visage dans ses mains, ses épaules ayant des secousses à cause de ses pleurs. Oui, La Volonté d’Abyss était une fille triste et seule. Elle hurla sa haine et sa tristesse et sa dimension disparut, elle atterrit dans les Abyss là où tout les Chains demeure.

Elle décida de se promener ici après tout le temps qu’elle était restée dans sa chambre, mais l’atmosphère qui régnait la pesait plus qu’autre chose, elle vit une jeune fille qui, elle aussi, avait l’air seule, elle décida d’aller vers elle et prit sa forme de lapin. Elle apparut en face d’elle. SI elle se souvenait bien, c’était Thélenndra.

« Qui a-t-il petit Chain ? Tu as l’air bien seule, tu t’ennuis ? »

Elle s’approcha d’elle son visage à quelque centimètre d’elle, la regardant avec ses grands yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Thélenndra

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 07/08/2010
Age : 27
Localisation : Ici et là, là où le vent me traîne sous ma forme de Chain... {In the Abyss for the moment}

Feuille de personnage
Contractant/Chain: Emilia Butler
Sacoche:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: La solitude est pesante [PV Thélenndra]   Jeu 12 Aoû - 0:45

Tsss, mais depuis combien de temps j’errais ici ? Dans cet enfer aux allures de coffres à jouets ? Deux heures ? Deux jours ? Plus ? Je l’ignorais et cela me contrariais plus que légèrement. Ici je ne pouvais me fier aux montres et aux horloges que je voyais, elles partaient une fois à l’endroit, une fois à l’envers tantôt à un rythme rapide tantôt à une lenteur incroyable. Quel énervant endroit. Il est pire qu’une prison. Au moins dans une prison on voit le temps passer et on peut s’en faire une idée approximative. Inutile d’essayer ce genre de choses ici, vous vous rendriez fou à jamais. Enfin bon, le fait est que je marchais depuis un long moment déjà et j’étais persuadée que si j’étais encore dans mon monde, mon corps aurait lâché depuis un bout de temps. Mais bon ici les notions de résistance et de distance n’ont point lieu d’être. Ou du moins pas dans les mêmes proportions que chez moi donc je suis persuadée que j’aurais pu continuer à marcher encore longtemps sans m’en apercevoir et que mon corps aurait tenu le coup même.
Bon, il fallait coûte que coûte que je sorte d’ici, par tout les moyens si il le fallait ! Et les plus vicieux avec ça si je devais m’abaisser à ça pour y arriver. Je voulais plus que tout rentrer chez moi, retrouver mon fils et fuir loin de tous pour protéger mes parents, pour ne pas assister à la mort de Richard et pour m’éloigner de cette traitresse de Nao et de mon ancien et fourbe mari. Je voulais juste mon bébé contre moi et ma liberté, rien de plus. Je suis débrouillarde, j’arriverais à me trouver une situation correcte en usant de les charmes ou de mes compétences, j’en étais même plus que persuadée à vrai dire. Le tout était de parvenir à rentrer justement, et ça me semblait être aussi le plus compliqué ici. Toutes les Chains que j’avais croisé jusque là m’avait parlé d’une sotte idée d’avoir un contractant, seul moyen d’espérer revoir la lumière du jour du monde des humaines et de quitter par la même occasion cet endroit spongieux et morbidement enfantin. Ridicule, je n’avais besoin de personne pour sortir d’ici, de personne m’entendez-vous ? J’ai vingt et un an, je suis dans la force de l’âge et suis suffisamment forte pour entreprendre tout ceci seule. Mais, plus je marchais, plus je m’impatientais. Raaah mais cet enfer n’avais donc pas d’extrémité ? Aucun précipice ou mur sur lequel je pourrais me basé pour donner à ce lieu un semblant d’idée de grandeur ? Tsss, ceci m’énervais encore plus.
Je cherchais alors en vain une quelqu’onque autre Chain qui puisse me renseigner à partir de son point de vue. Je n’étais pas la plus vieille arrivé ici, il devait donc par conséquent bien exister quelqu’un qui est la compétence de me renseigner un peu mieux que les autres sur cet endroit non ? Il n’y avait pas un sage ou un ancien ? Pff, de plus en plus agaçant au risque de me répéter. Je n’aime pas cet endroit et ne l’aimerais sans doute jamais voici une chose dont je suis certaine. J’avais mon masque sur les yeux afin de les dissimuler et mon sceptre flambe en neuf que je venais de me fabriquer, c’était peut-être ça qui dissuadait les possibles autre formes de vie de venir me parler, je ne devais pas avoir un air aimable avec ça sur la face. Tant mieux dans un sens, si j’inspirais la crainte alors j’inspirais le respect qui va avec et ceci m’allait très bien. Au moins je ne serais pas déranger le moins du monde. Que chacun reste à sa place et ne me dérange pas, telle était la politique que je m’étais imposé afin d’essayer de survivre ici. Oui, plus que tout je voulais survivre pour retourner auprès des miens. Rien ne comptait plus que ça désormais, c’était mon objectif. Malgré tout, le caractère acquis ici ne changerais pas pour autant, je ne redeviendrais pas la Thélenndra douce, gentille, compréhensive et trop agréable que je fus autrefois, non, désormais ceux qui me gêneraient ploierait sous les répliques acides de ma langues et sous les acerbes regards dérobé à mes yeux si ils parvenaient à m’ôter mon masque. Oui, lui non plus je ne le quitterais pas. Plus question que les gens vois au travers moi par le biais de mes yeux. Plus d’émotions, plus rien. Je ne me laisserais plus découvrir aussi facilement qu’avant. Je ne me laisserais plus découvrir tout court d’ailleurs. Bon passons, une sortie donc, ça doit bien existée ici mince ! Pour que cette gamine à cheveux blancs est pu venir me chercher alors que j’allais me faire guillotiner pour me ramener ici en tant que « joujou » elle avait bien du passer par quelques part. Si je la retrouve je la ferais parler. Plutôt deux fois qu’une même. A cause d’elle je suis devenu un monstre, une atrocité que personne ne voudrait croiser ou même approcher de par chez moi. Je lui ferais payer dés que l’occasion se présenterait.
Justement, comme un heureux hasard, un lapin blanc apparu devant moi alors que je traversais entre deux morceaux de maisons flottantes. Cette horrible peluche toute dégoulinante de sang remuait devant moi comme pour me narguer. Plus que tout ce qu’il pouvait se trouver ici, c’est belle et bien cette chose qui m’insupporte et m’insupportais le plus ! Sa voix résonna longtemps, comme une cacophonie à n’en plus finir dans cette mallette à jouet géante.

« Qui a-t-il petit Chain ? Tu as l’air bien seule, tu t’ennuis ? »
Pardon ? C’était une blague ? Une blague de mauvais gout alors ! Si je m’ennuyais ?! Mais comment ce lapin ne pouvait-il pas le savoir, c’était de sa faute si j’étais recluse ici maintenant ! Ma patience ayant déjà atteins ses limites, j’utilisai mon sceptre pour plaqué ledit lapin en peluche sur le mur le plus proche, puis de ma voix froide et dure je lui dis en regardant le métal de mon arme se couvrir du sang venant de la peluche :

« Si je m’ennuie ? Tu cherche à me pousser à bout c’est ça ? Tu devrais le savoir mieux que personne ! C’est toi qui m’as amené ici tu as déjà oublié que tu as voulu faire de moi ton jouet ? Tu as oublié que je suis devenue une « Chain » par ta faute ? Je t’ordonne de me ramener chez moi et vite avec ça. Rends moi la vie, certes tu ma sauvé de la guillotine mais si c’est pour être piégée ici comme un vulgaire rat je préfère encore la Mort, c’est un sort bien plus doux. Rends-moi ma vie, tu m’entends ? »
Je me fichais pas mal que cette chose soit ce qui gouverne cet enfer, je voulais partir c’est tout. Je vous l’ai dit pourtant, s’il le fallait, j’userais de tous les moyens possibles et imaginables. Quitte à me salir les mains du sang d’un lapin, ou d’une enfant… ~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La solitude est pesante [PV Thélenndra]   Lun 16 Aoû - 23:35

La volonté d’Abyss rigola. C’était la première fois qu’on s’attaquait à elle et cela l’amusait. Détruisant sa peluche, elle apparut sous sa vraie forme en applaudissant. Souriante, elle s’approcha lui montrant qu’elle n’avait nullement peur, bien au contraire cela l’amusait.

Flottant en l’air sans effort un léger rire résonnant dans ce coffre à jouet casser sans fond, elle regarda la Chain sans reculer, ni avancer. Elle rester immobile, comme une poupée de porcelaine. La phrase de Thélenndra raisonna encore dans sa tête. Sortir ? Elle voulait sortir ? Rien que cette pensée la faisait éclater de rire

« sortir ? Tu veux sortir ? Hahaha mais ma pauvre enfants, a part en faisant un contrat, tu ne peux pas sortir, regarde, sinon je ne serais plus ici depuis longtemps »

Elle regarde la Chain avec pitié, ce pauvre enfant n’avait pas le choix, elle devait attendre, comme elle le faisait depuis s longtemps à attendre son amant. La prenant dans ses bras elle lui dit qu’elle était piégée et qu’elle resterait ici : pour toujours !!

Elle recula en rigolant et en tournant sur elle-même, toujours les pieds dans les airs, ne touchant pas le sol. En tournant, elle alla en face de la fille et s’arrêta face à elle les mains derrière elle. Elle savait qu’elle s’ennuyait, oh oui et elle le comprenait plus que quiconque, plus que n’importe qu’elle chain ici même. Elle le savait mieux que personne, mais elle ne compatissait pas, le contraire vous aurait étonné non ?

Oui, La Volonté d’Abyss ne compatissait pas, au contraire, elle eut encore plus pitié d’elle, elle la regardait le sourire en lèvre en ce disant que c’était une pauvre enfant qui avait fait le mauvais choix.

Ayant un mauvais pressentiment, elle ne quitta pas des yeux la femme, elle le savait, cette femme avait du tempérament, et elle n’hésitera pas à la frapper, mais tout ce qu’elle réussirait c’était d’avoir des membres en moins ou des organes en fonction de son humeur. Mais si celle-ci l’attaquait, La Volonté d’Abyss lui fera payer au centuple ses coups et elle allait regretter de ne pas être morte avec la guillotine !!

[HS: désolé du retard, problème internet et encore désolé car c'est un peu court =S]
Revenir en haut Aller en bas
Thélenndra

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 07/08/2010
Age : 27
Localisation : Ici et là, là où le vent me traîne sous ma forme de Chain... {In the Abyss for the moment}

Feuille de personnage
Contractant/Chain: Emilia Butler
Sacoche:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: La solitude est pesante [PV Thélenndra]   Jeu 19 Aoû - 14:58

Oh oh, je m’étais peut-être attaqué à plus dangereux que moi sur ce coup là. Enfin c’est vrai que j’aurais du me méfier tout de même il s’agissait de l’entité qui m’avait amené ici alors elle ne devait pas manquer de puissance c’était certain. D’une voix qu’on aurait pu croire enjoué, La Volonté de l’Abysse lui dit que le seul espoir qu’elle aurait pour sortir d’ici était de faire un contrat, qu’elle n’aurait aucune chance de s’évader d’ici sinon. De plus, la demoiselle aux cheveux blancs lui dit que si il y avait ne serait-ce qu’une infime chance pour qu’elle sorte d’ici aussi simplement et bien elle ne serait déjà plus la depuis très longtemps. Bon là, elle marquait un point la gosse. Mais la question était de savoir pourquoi et comment elle l’avait amené jusqu’ici. Se radoucissant, Thélenndra posa son sceptre à terre et fit une superbe révérence devant Volonté.

Elle devait user de la ruse si elle voulait en savoir d’avantage, la violence n’était pas vraiment proscrite semble-t’il mais contre un adversaire qui affichait tant d’assurance à ses galons mieux valait être le plus prudent possible. Sa voix se radoucit également, elle imita alors les vocalise qu’elle prenait lorsqu’elle berçait son enfant et s’avança vers l’Abysse qu’elle prit dans ses bras puis commença à chanter une berceuse. S’il y avait bien une chose de sûr pour Thélenndra, c’était que cette fille était certes cruelle mais aussi terriblement seule. Alors peut-être qu’un geste d’affection la rendrait plus consentante à dévoiler quelques secrets aux oreilles attentives de notre Chain. Il fallait bien tenter de toute manière. Si cela marchait, Thélenndra échappait à une mort certaine et sans doute bien plus douloureuse encore que ne l’aurait été la guillotine, et si cela échouait et bien elle mourrait mais bon après tout après ce qu’elle venait d’apprendre comme quoi elle resterait coincée une éternité encore ici si elle ne trouvait pas de contractants et bien même si elle ne me montrait pas elle désespérait un peu. Elle jouait sa vie à pile où face, souhaitant simplement que la pièce retombe du côté dont elle tirerait avantage. La ruse démarrée, elle devait à présent la continuer. Maintenant qu’elle chanter, elle se mit à bercer doucement la Volonté de l’Abysse de ses bras autrefois chaleureux qui furent le berceau de son précieux Kimberley.
S’arrêtant un peu dans la mélodie, elle posa une question à la demoiselle qu’elle avait emprisonnée de ses bras :

« Tu sais Volonté… tu permets que je t’appelle Volonté ? Bref, tu sais avant j’avais une vie presque merveilleuse. J’étais amoureuse, certes peut-être pas de la bonne personne mais l’amour avait pris place dans mon cœur, j’avais une amie sincère et surtout, surtout un bébé merveilleux. Il s’appelait Kimberley et je ne l’ai connu que trois jours avant de… enfin d’être condamnée tu vois. J’aimerais tellement le revoir si tu savais. Et toi ? Qu’en est-il de te Volonté ? »

Thelenndra ignorait si elle avait bien joué sur les mots, elle en doutait à vrai dire. Pour elle, il lui semblait évident qu’elle venait de signer son arrêt de mort. Elle avait longtemps cherché ses mots et en définitive ne les avait pas trouvés pour exprimer ce qu’elle voulait dire. Donc elle s’était on ne peut plus emmêler les pinceaux. Maintenant il fallait voir comment la demoiselle blanchâtre allait réagir.
Puis une idée germa dans l’esprit de la Chain, pourquoi s’arrêter là ? Elle allait profiter de la situation pour lui poser une autre question sur les solutions pour sortir d’ici. Resserrant un peu son étreinte comme pour la réchauffer encore un peu plus, Thélenndra lui posa alors une nouvelle question, toujours autant couverte de ruse :

« Au fait, je suis désolée si je t’ai fait peur tout à l’heure avec mon agressivité hors-norme. Dis-moi, peux-tu me renseigner sur cet endroit que tu gouverne ? En plus je suis une nouvelle fois désolée mais je n’ai pas très bien compris le principe du contrat, serait-il possible que tu me l’explique ? Le contrat où les autres moyens de sortir d’ici, c’est comme tu veux. Tu m’as bien sauvé de la guillotine non ? Seulement je ne sais pas comment tu as été capable d’un tel prodige. Je suis un peu perdue et je commence à avoir peur tu sais ? »

Oooooh si ce n’était pas touchant ça alors ! « Je suis un peu perdue et je commence à avoir peur. » Tss, du Thélenndra tout craché, elle avait sortie sa carte de la jeune femme éplorée à qui il faut porter secours ! Elle espérait juste désormais que la Volonté de l’Abysse ne se froisserait pas. Elle avait tout intérêt à ce qu’elle la prenne d’avantage en pitié à bien y penser, au moins comme ça elle ne serait pas prise de l’envie de la tuer maintenant, enfin …théoriquement.


[HS : T'en fais surtout pas pour ça. Le temps n'est pas important, moi aussi j'ai tardé xD Désolée, j'ai fait court <<". Mais surtout ne te strese pas pour ça, on à tout le temps \o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La solitude est pesante [PV Thélenndra]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La solitude est pesante [PV Thélenndra]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts Rpg :: Rp Terminés-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit